On vous rappelle!

Suivez nous:

chili ile de paques voyage moaï statue Easter Island, Ahu Tongariki

Chili : à la découverte de l’île de Pâques

Authentique joyau culturel et naturel, l’Île de Pâques est le sommet émergé d’un massif volcanique sous-marin. Découverte de cette île mystérieuse

Authentique joyau culturel et naturel, l’Île de Pâques est le sommet émergé d’un massif volcanique sous-marin. Elle est réputée pour ses mystérieuses moaïs, des statues monumentales qui tournent le dos au Pacifique.

Que représentent ces colosses énigmatiques ?Comment ont-ils été déplacés ? Qu’est-il arrivé à la civilisation qui les a construits ? Ces questions continuent de fasciner et d’alimenter les théories les plus folles. Aujourd’hui, il n’y a qu’une seule certitude : vous vivrez sur l’Île de Pâques un séjour hors du commun !

chili ile de paques tierra latina

D’où vient le nom d’ “Île de Pâques” ?

A l’origine, ce sont des Polynésiens qui ont découvert l’île en 1200 (même si des découvertes scientifiques récentes attestent de son occupation temporaire vers 450 avant notre ère). Arrivés en pirogue, ils l’ont baptisée du nom de Rapa Nui. Ses habitants sont donc logiquement appelés “les Rapanuis”.

Si aujourd’hui l’île est une terre aride de 171 km², elle ressemblait autrefois à un véritable petit paradis peuplé d’une faune et d’une flore luxuriantes. Mais lorsque l’explorateur hollandais Jacob Roggeveen a foulé le sol de Rapa Nui le 5 avril 1722, il ignorait cette histoire. Comme c’était le jour de Pâques, il a décidé de la baptiser du nom de cette fête chrétienne, et ses habitants furent connus sous le nom de “Pascuans”.

En 1888, l’île a été annexée par le Chili et ses habitants sont devenus officiellement Chiliens en 1966.

Comment ont été construits ces colosses de pierre ?

L’île a abrité jusqu’à 10 000 à 15 000 Rapanuis, divisés en clans familiaux dispersés dans les vallées. Ils ont inventé leur propre écriture idéographique : le rondorongo.

Les statues étaient destinées à les protéger de l’hostilité de l’océan. Elles ont été sculptées à partir des trois volcans situés sur l’île. Pour les glisser jusqu’à leurs emplacements définitifs, on a longtemps cru que les Rapanuis se servaient des palmiers géants pour fabriquer des rails et des cordages, ce qui aurait expliqué la déforestation de l’île. Mais plusieurs expériences scientifiques récentes menées par des chercheurs (Pavel Pavel en 1982 puis Carl Lipo, Terry Hunt et Sergio Rapu en 2001) ont démontré que les moais “marchaient”. Concrètement, ils se déplaçaient (grâce à des cordages) en se dandinant, un peu comme un gros frigo lors d’un déménagement. C’est ce qui explique la position allongée sur le ventre de certains d’entre eux.

Vers le milieu du XIIe siècle, la civilisation des Rapanuis a disparu. La déforestation aurait été causée par l’agriculture sur brûlis mais surtout par les rats et les aléas climatiques. La population, quant à elle, s’est brutalement effondrée après l’arrivée des colons Européens. Les dernières recherches ont pu établir que ce sont les armes, l’esclavage et les épidémies successivement introduites sur l’île qui ont précipité la disparition des autochtones.

Aujourd’hui, environ 6000 Rapanuis vivent encore sur l’Île de Pâques.

Que visiter sur l’île ?

Il y aurait environ 800 statues sur l’île, dont certaines mesurent jusqu’à 22 mètres ! Toutefois, seulement 164 moaïs ont été érigées sur des plateformes en pierre, les autres sont restées couchées (probablement après être tombées) sur les lieux mêmes de leur extraction.

Pour avoir un bon aperçu de la culture des Rapanuis, il est préférable de consacrer au moins 4 jours à la découverte de l’île.

Parmi les sites incontournables à voir, il y a notamment :

  • Ahu Tongariki, un des sites les plus majestueux de l’île avec ses 15 statues restaurées en 1995 ;
  • La plage de Anakena où vous pouvez vous baigner dans des eaux tempérées sous le regard de 7 moaïs ;
  • La carrière de Rano Raraku, qui a détenu jusqu’à 900 statues taillées directement sur place. Il y en a environ 400 aujourd’hui ;
  • La grotte d’Ana Te Pahu située à flanc de falaise ;
  • Le cratère du volcan Puna Pau et sa célèbre roche rouge qui a été utilisée pour sculpter les chapeaux de certains moaïs ;
  • Les pétroglyphes d’Ana kai Tangata.

Si vous avez le temps, profitez-en pour vous offrir une heure ou deux de plongée ! Les eaux sont d’une extrême pureté… Et vous aurez peut-être même la chance de voir un moaï immergé dans l’océan…

L’avis d’Arthur et Chloé de Tierra Latina

Ne manquez pas de visiter le site d’Orongo, un des villages cérémoniels de l’île où vous profiterez d’une vue exceptionnelle en direct du cratère du volcan Rano Kau !