Demande de devis

    On vous rappelle!

    Suivez nous:

    sophie-tierra-latina-miramar-header

    Sophie, Responsable Communication

    Le portrait de Sophie, responsable communication, amoureuse du Chili et de l'Argentine

    Sophie est la responsable communication de Tierra Latina. Elle s’assure que les curieux qui consultent notre site ou nous suivent sur les réseaux aient accès à une information la plus claire possible. Et sans faute d’orthographe ! Cette touche-à-tout adore jouer avec les mots, retoucher des photos, faire du montage vidéo… et bien sûr, voyager ! Découvrez son profil et ses recommandations pour votre séjour en Amérique Latine.  

    Qui es-tu ? D’où viens-tu ? Quel est ton parcours ? 

    Je suis née et j’ai grandi à Paris, mais ça fait plus de 15 ans que je fais des infidélités à la capitale. Mon rêve d’enfant était de devenir autrice de BD mais je n’ai jamais su apprendre à dessiner ! Du coup, après des études en langues et en relations internationales, la communication m’est apparue comme une évidence : un métier à qui allie le mot à l’image, à la fois créatif, rigoureux et en perpétuelle évolution. Après mes études, je suis partie à Bruxelles pour travailler en tant que chargée de communication à la Commission européenne. À la fin de mon contrat, je me suis offert un autre de mes rêves : voyager, loin, en solo, avec mon sac à dos.

    Je considérais plusieurs options quand j’ai vu un documentaire sur l’Atacama, et là, je me suis dit bingo ! J’ai donc passé 6 mois entre le Chili, l’Argentine, la Bolivie et l’Uruguay, et j’ai absolument adoré. À mon retour de voyage, je me suis lancée en freelance, donc je pouvais travailler depuis partout. Du coup, j’ai décidé de revenir en Amérique du Sud « pour un an ou deux » et j’ai choisi Buenos Aires, la ville qui ne dort jamais. Dix ans plus tard, j’y suis toujours ! À côté de mon travail en tant que responsable communication chez Tierra Latina, qui me fait voyager depuis mon bureau (le rêve !), j’ai aussi repris des études en Arts Multimédias. Aujourd’hui, je peux le dire : dans ma vie, je ne m’ennuie jamais !

     

    Ton plus beau souvenir de voyage ?

    Je me permets de faire un top 3 ! Donc d’abord, le désert d’Atacama au nord du Chili, qui se combine parfaitement avec la Quebrada de Humahuaca en Argentine et les lagunes du Sud Lipez en Bolivie. Ça m’a littéralement coupé le souffle, et pas qu’à cause de l’altitude ! Des paysages lunaires absolument incroyables, dont les couleurs changent en fonction de la lumière et dès qu’on passe de l’autre côté d’un volcan. Et l’Atacama, ce n’est pas seulement San Pedro ! J’ai été assez bouleversée par Humberstone, une ville fantôme dans le désert, où le temps s’est arrêté après le déclin de l’industrie du salpêtre.

    Côté Patagonie argentine : l’arrivée sur la Laguna de los Tres au pied du Fitz Roy à El Chalten, la capitale de la randonnée. C’est un trek assez épique, plutôt tranquille sur la majeure partie du chemin, et qui d’un coup, passe à la vitesse supérieure avec 500 m de dénivelé sur le dernier kilomètre. Mais l’effort en vaut vraiment la chandelle.

    Et puis, médaille de bronze de mon plus beau souvenir de voyage : le parc national Santa Teresa en Uruguay à côté de Punta del Diablo, pas loin de la frontière avec le Brésil. Des plages sublimes, sauvages, et les Uruguayens sont vraiment, mais alors vraiment, magiques. Il y a un côté très poétique en Uruguay qui me touche particulièrement. Avec le COVID, c’était assez compliqué d’y aller, mais je compte me rattraper !

     

    Le voyage ou l’expérience de Tierra Latina que tu recommandes particulièrement ? 

    Nos circuits en Équateur ! C’est un pays relativement petit qui se visite facilement et qui regorge de pépites. Un jour, on passe par des volcans aux cimes enneigées et l’autre, par la forêt tropicale en plein cœur de l’Amazonie à partager le quotidien (et la culture) d’une communauté. Et les Galápagos, les îles enchantées, comme les nommaient Herman Melville, avec une incroyable biodiversité. Petite anecdote culturelle : c’est en y voyant un iguane que le photographe Sebastião Salgado a eu une révélation sur l’origine de l’homme : « quand on regarde la patte d’un iguane, on a l’impression que c’est la main d’un chevalier en côte de maille, qui bouge comme nous humains nous bougeons. On comprend alors qu’on vient tous du même endroit : la nature ».

    Bien sûr, je recommande aussi le Chili. Un circuit des incontournables, que ça soit en petit groupe ou individualisé et sur-mesure, pour se rendre compte de la diversité du pays, entre le désert au nord et les fjords de Patagonie, tout en partant à la rencontre de ses habitants.

     

    Un film ou un livre que tu recommandes aux voyageurs avant de partir ? 

    Pour les films, au moins 2 ! Côté argentin, El Secreto de sus Ojos (Dans ses yeux, en français) de Juan José Campanella, Oscar du meilleur film en 2010. Un film parfait sur la justice, mais aussi l’ambiance à Buenos Aires dans les années 70. Petit spoiler : il contient un plan séquence spectaculaire sur le stade de football d’Huracán, une des équipes de football culte de Buenos Aires. Côté chilien, La nostalgie de la lumière de Patricio Guzman, un magnifique documentaire sur le désert d’Atacama, où se trouvent les télescopes les plus puissants au monde. Mais aussi où les familles des victimes de la dictature cherchent des traces de leurs proches disparus.

    Pour les livres, un grand classique de la littérature sociale : Les veines ouvertes de l’Amérique Latine, de l’écrivain uruguayen Eduardo Galeano. C’est un livre fort, qui parle de l’histoire de la colonisation européenne, mais qui démontre aussi toute la richesse du continent ! Pour ceux qui ont du temps, car c’est un roman-fleuve, mais absolument sublime : 2666 de Roberto Bolaño, un auteur chilien qui manie aussi bien l’absurde que la poésie.

     

    Une chanson qui doit absolument être dans la playlist d’un voyage en Amérique Latine ?

    Donde Estás María des Meridian Brothers, un groupe colombien de cumbia plutôt contemporaine voire expérimentale, très chouette. Toujours en cumbia contemporaine mais plus « psychédélique », Mi Cholita de Rolando Bruno, un guitariste argentin qui a troqué le rock n’ roll pour les rythmes latinos. Et enfin, l’intégrale de Bomba Estereo, de l’électro-tropicale made in Colombia toujours impeccable.  

     

    Un dernier conseil aux voyageurs ?  

    Laissez-vous surprendre, et laissez-vous porter ! L’Amérique Latine est une terre d’une extrême richesse et de diversité. Vous allez y rencontrer des gens incroyables, qui vont vous partager leur quotidien avec une grande générosité. C’est un continent aux multiples identités, à la fois hybrides et totalement uniques.

    Quelle que soit votre destination, que ce soit la Colombie, le Brésil ou l’Argentine, vous allez vivre des expériences extraordinaires dans des paysages que vous ne verrez nulle part ailleurs. Vous changerez de climat, d’écosystème et de culture au cours de votre séjour. Bref, vous allez revenir totalement dépaysés ! Et chez Tierra Latina, on s’occupe de tout pour que justement, vous puissiez en profiter à fond. Bon voyage !

    Publier un Commentaire